• Alice et la poupée indienne, Caroline Quine

    Alice et la poupée indienne

     

     

     

     

    Résumé :

     

    Au fin fond de l'Arizona, existe un vieux Ranch sur lequel plane une malédiction.
    On prétend que des chefs indiens lui auraient jeté un sort. Par esprit de vengeance... Depuis, les Kachinas, ces poupées indiennes aux étranges pouvoirs, hantent la propriété. Alice et ses amies Bess et Marion ne vont pas se laisser impressionner par ces légendes d'un autre temps. Elles n'hésiteront pas à affronter les pires dangers pour traquer l'être sans scrupule qui se sert ainsi de la crédibilité des gens !

    L'imposteur sortira-t-il enfin de l'ombre ?

     

     

    image-blog-challenge 2012

     

     

    Mon avis :

     

    Alice Détective, c'est LA série qui a baigné mon enfance (et qui me donne un coup de vieux quand je vois la date de parution). Pour le challenge ABC 2012, je cherchais un auteur dont le nom commençait par Q quand j'ai trouvé Caroline Quine. Je n'ai pas pu résister au plaisir de redécouvrir cette auteure.

     

    Alors oui, c'est de la jeunesse, et maintenant que j'ai goûté aux polars plus sombres et plus adultes, forcément, la comparaison fait mal. Et pourtant...

    Pourtant l'auteur a su mettre en place un panel de personnages assez intéressants, certes pas vraiment fouillés, mais très bien définis, avec leurs histoires, leurs espoirs et leurs caractères.

     

    L'enquête n'est vraiment pas si évidente que ça, je veux dire pour un roman jeunesse. Je me doutais bien du coupable, mais ce n'est pas pour autant que le personnage en question se promenait avec une grosse flèche rouge au dessus de la tête le dénonçant, comme c'est parfois le cas dans les romans jeunesse.

     

    Bien sûr, c'est relativement facile. J'entends par là que le coupable sait quasiment tout ce qu'il se passe, qu'il menace Alice alors même qu'il n'aurait pas dû être au courant de certaines choses. De même, quand arrive l'heure de la révélation, il avoue tout, tout de suite. Pas d'interrogatoire serré, pas de piège pour le percer à jour. Si Alice se retrouve dans des situations difficiles, elle n'en ressort qu'avec des égratignures et quelques contusions. Roman jeunesse soft, quoi.

     

    Et puis, c'est marrant de les entendre parler :

     

    « - Tu ne penses tout de même pas qu'il puisse être le coupable ? Demanda Marion. »

     

    Ce qui me fait sourire, c'est que Marion a environ 16 ans et que ce n'est pas un langage si courant pour les ados. Bien sûr, quand on sait que le premier roman de la saga a été écrit en 1929, tout s'explique.

     

    Quoiqu'il en soit, ce fut une lecture très plaisante, avec une intrigue assez développée, des personnages intéressants et un langage travaillé.

     

     

    Sympa!

    « Zoo City, Lauren BeukesPsi Changeling T.1 : L'esclave des sens, Nalini Singh »

  • Commentaires

    2
    guenièvre
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 14:51
    guenièvre

    Les Alice sont des indémodables, mais moi aussi j'ai gardé le souvenir de quelques tournures bizarres comme "costume de bain" pour maillot

    1
    Mardi 13 Mars 2012 à 19:32
    Blanche

    Clairement, à part quelques tournures bizarres, les intrigues n'ont pas pris une ride.

    Mais c'est vrai que certains termes font sourire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :