• Nightrunner, T.4 : Le retour des ombres, Lynn Flewelling

    Nightrunner, T.4 : Le retour des ombres, Lynn Flewelling

     

    Résumé :

    Après leur victoire en Aurënen, Alec et Seregil ont regagné Rhíminie. Mais difficile pour eux de s´y sentir à leur place, alors que la plupart de leurs amis sont morts ou en exil. Afin de tromper leur ennui, ils acceptent une mission qui les conduira de nouveau sur les terres natales de Seregil. Mais en chemin, ils tombent dans une embuscade, sont séparés et finissent vendus comme esclaves. Seregil s´accroche à la vie dans l´unique espoir qu´Alec soit toujours de ce monde. Quant à Alec, son étrange maître ne s´intéresse pas tant à lui qu´à son sang. En effet, son ascendance unique le rend capable de produire un trésor exceptionnel...

     

    Mon avis :

     

    Je ne sais plus trop où j'avais lu une critique lapidaire sur ce tome, disant que c'était le tome de trop et que si on voulait garder un bon souvenir de cette saga, il fallait s'arrêter aux trois premiers tomes. Le genre de critique qui glace les sangs et coupe net toute envie de découvrir ce tome. J'avais donc hésité puis je m'étais dit que j'avais déjà bien assez à lire sans prendre un roman "raté" et superflu. D'autant que ce tome n'existe qu'en grand format, et vingt-cinq euros pour un roman raté, ça fait mal au coeur. Et puis, bon, voilà, j'avais vraiment aimé les premiers tomes donc j'ai décidé de prendre le risque. Heureusement !

     

    Parce que ce tome, là, vient d'être propulsé au rang de meilleur tome de la saga dans mon coeur. C'est personnel, forcément, et ça prouve bien qu'une critique, si lapidaire soit-elle, est avant tout question de goûts personnels ;)

     

    Alec et Seregil s'ennuient ferme à Rhiminie. Contraints d'accepter des missions foireuses et bien peu prestigieuses pour s'occuper, ils ne rêvent que d'aventure. Et la Reine, en les envoyant chercher sa soeur en exil, leur offre une occasion en or. Même si, pour le coup, ils n'en sont pas ravis, car la demande est un peu surprenante.

    Mais à peine ont-ils commencé leur périple qu'ils sont attaqués et revendus en tant qu'esclaves chez l'Ennemi. Le seul bémol du bouquin est ici. J'aurais grandement apprécié que l'auteur développe un peu plus, à la fin du tome, cet aspect, car c'est si léger que ça ressemble vraiment à un alibi pour une nouvelle histoire (bon, c'est sans doute le cas, ne nous voilons pas la face).

    Bref, voilà nos deux héros prisonniers, revendus comme esclaves, ignorant ce qu'il est advenu de leur compagnon respectif. Et c'est une chose que j'apprécie beaucoup, dans les romans de Lynn Flewelling : si Alec et Seregil forment un couple, il n'est abordé que de manière délicate, subtile et pudique. Ils s'inquiètent l'un pour l'autre, bien sûr, se demandent même si la lutte à la moindre importance s'il s'avère que leur compagnon n'est plus, mais nous n'avons pas de longue tirade dégoulinante de guimauve, destinée avant toute chose à apitoyer le lecteur. Ici, si leur attachement est profond et sincère, ils ne l'étalent pas à tout bout de champ, et c'est un traitement que j'apprécie grandement.

    Ce tome n'est certes pas rempli de complot et de sombres machinations, mais je le trouve très intéressant car il nous plonge directement au coeur de la vie quotidienne des ennemis, et c'est un excellent moyen de mettre un visage sur cette menace terrible qui plane depuis le premier tome sur Rhiminie. Nous y découvrons, entre autre, la manière dont ils traitent les esclaves, et ça fait froid dans le dos. Et l'idée que Seregil et Alec puissent subir le même sort nous pousse à lire, encore et toujours, pour voir s'ils vont s'en sortir et comment. Terriblement efficace.

    Nous retrouvons également un personnage que nous connaissons, pour en avoir entendu parler un bon nombre de fois au cours des tomes précédents. Sacrée suprise, que cette rencontre, et elle nous permet, encore une fois, de découvrir ce personnage sous un autre aspect. Le portrait que nous en avions se trouve soudain bien plus complexe, bien plus subtil, et l'idée qu'on s'en faisait se retrouve bouleversée.

    La plume de Lynn Flewelling est très immersive et nous envoie un flot d'émotions à l'état brute. La peur, la douleur, la détermination d'Alec et de Seregil sont palpables. Et la dernière partie du roman m'a noué le ventre et m'a fait savourer chaque phrase. Et je crois que c'est cette partie qui rend, pour moi, ce roman si bon.

    Je ne peux guère en dire plus sans spoiler, mais je dois avouer que cette partie en question m'a fait très forte impression, et qu'il me tarde de lire le tome 5. Je n'ai pas réussi à trouver la moindre information concernant une éventuelle publication en français, mais il se pourrait bien que je me paie le culot d'aller demander à l'éditeur si cette suite est dans leur programme.

    Lynn Flewelling a le mérite de mettre en scène un couple homosexuel dans ses romans, tout en finesse, et sa plume rend les histoires passionnantes. Je ne peux que vous conseiller vivement de découvrir cette série, d'autant plus que le premier tome est sorti en livre de poche.

    « L'annonce des tempêtes, La trilogie des tempêtes T.1, Mercedes LackeyEnfants de poussière, Craig Johnson »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :