• Resurrection Row, Anne Perry

    Resurrection-Row.jpg

     

     

    Résumé :

     

    Qui donc s'amuse à déterrer les morts du très chic quartier de Gadstone Park ? S'agit-il de farces de mauvais goût ou faut-il y voir une plus sombre menace ? Chargé de l'enquête, Thomas Pitt se perd en conjectures. Mais le code de bonne conduite de la haute société anglaise ne tardera pas à se craqueler, révélant sa corruption et sa fausse respectabilité. Anne Perry ou le polar au vitriol : décapant !

     

    Mon avis :

     

    Ce roman traînait dans ma PaL depuis un sacré moment, et malgré mon avis plus que mitigé, je me suis dit qu'il fallait bien que je le lise à un moment. Bon, ce tome ne m'a pas vraiment réconciliée avec la série, mais disons que c'est un peu moins pire.

     

    Il y a toujours cette alternance de points de vue, qui est assez frustrante, car à suivre trop de personnages, on passe à côté de l'essentiel à mon avis. Le couple Charlotte/Thomas pourrait être savoureux si l'auteur prenait la peine de nous le montrer plus souvent. Les enquêtes de Thomas pourraient être palpitantes si on avait le loisir de les suivre en entier.

     

    J'ai vraiment l'impression de survoler l'intrigue et les personnages principaux, pour mieux dessiner le cadre historique et ces personnages aisés, qui vivent dans l'opulence et le déni de la réalité qui les entoure.

    Les points positifs à ce tome sont l'intrigue, déjà. Car j'ai beaucoup aimé l'histoire des cadavres déterrés, même si la résolution me laisse un peu perplexe et que j'ai du mal à comprendre le pourquoi du comment.

    Et puis, il y a enfin une incursion dans "l'autre monde", celui de la pauvreté et c'est vraiment ce qui rend les choses plus intéressantes. Non pas que je me réjouisse de lire les difficultés quotidiennes de ces gens, mais simplement que je trouve qu'au bout de X tomes sur la vie des riches, avoir un aperçu de l'ensemble du contexte historique apporte un renouveau plus que bienvenu. Car à vrai dire, dans les premiers tomes, hormis le nom de la rue qui change, j'avais l'impression de toujours lire la même chose : des bourgeois arrogants, qui cachent plein de petites choses et qui regardent Thomas de haut.

     

    Si ce tome ne m'a pas donné une furieuse envie de reprendre sérieusement la lecture de cette série, il m'a au moins permis d'envisager, dans un avenir plus ou moins proche, de me laisser tenter par un autre tome. Y'a du progrès !

    « Rivemorte, Chap.114Rivemorte, Chap.115 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :