• Rivemorte, Chap.99

    imagef10

     

    Les paroles, glaciales de mépris, émanent directement de Pèire. Elland en reste bouche bée, heureusement dans le dos de Saens. Mais pourquoi diable prétend-il une telle chose ?

    L'otage se dégage soudain d'une adroite contorsion, laissant Elland serrer le vide à la place de son bras. Et sa dague, qu'il maintenait contre les reins de l'inconnu, se retrouve plaquée contre sa gorge. Alors tout devient confus : Pèire et Thémus se précipitent vers eux, Elland riposte, se débattant sauvagement. Et Saens, qui tente de le mettre hors d'état de nuire.

    Dans un chaos de jambes, de bras, de coups et de grognements, la situation se résout enfin : Elland reprend le dessus, échevelé, le visage parsemé de sang, le souffle court. C'est à son tour d'avoir la dague plaquée contre la gorge de l'ennemi. De sentir sa vie entre ses mains, à sa merci. De lui faire payer pour ces …

    Une main qui se pose sur son épaule, suivi par un « Lâche-le, c'est bon », ont raison de son envie de vengeance. Et puis, surtout, il y a le regard totalement terrifié de Saens, qui l'implore silencieusement. Il ne peut pas le tuer de sang-froid. Même si l'autre l'a menacé. Même si l'autre est peut-être lié à la disparition de Ménandre.
    Elland se redresse soudain et laisse retomber son bras armé. Un regard à Pèire suffit pour qu'il comprenne. Prêcher le faux pour connaître le vrai. Saens n'aurait jamais paniqué au point de les attaquer, à quatre contre un, s'il n'était pas convaincu qu'il avait affaire aux alliés du Chef en question.

    C'est Pèire, la voix adoucie, qui se charge d'expliquer la vérité au jeune homme, au moins autant amoché qu'Elland. Quand la lueur de méfiance s'éteint enfin dans le regard de Saens, c'est Thémus qui prend la relève.


    - Nous cherchons un enfant qui a été enlevé. Et nous avons de bonnes raisons de croire qu'il est ici.

    Elland se contente de hocher doucement la tête, submergé par les divers blessures qui envoient des ondes de douleur dans tout son corps. Ainsi, il n'est pas le seul à s'être persuadé d'être chez Tanorède. Ce serait un énorme coup du hasard, si c'était le cas. Oui mais voilà : l'accès aux souterrains, les étages, les personnes présentes. Et peut-être bien le fol espoir de voir, enfin, la chance de leur côté.
    Saens secoue doucement la tête, pensif :


    - Je ne vois pas de quel enfant vous parlez. Mais je vous aiderais, si vous m'aidez en retour.

    Il ne faut que quelques regards, qui en disent long, aux quatre compères pour que la décision soit prise. C'est Thémus, encore, qui répond pour eux :

    - Nous nous occuperons de Tanorède. Vu tout ce qu'il a fait, nous n'allons pas le laisser s'en sortir si facilement.
    - Tanorède ? Qui est-ce ?

    Le cœur d'Elland fait un bond dans sa poitrine. Saens joue-t-il encore la comédie ? Pourtant, son air perplexe ne semble pas être de la comédie. Mais alors ?
    Dans un état second, il écoute à peine les explications laborieuses que s'opposent Thémus et Saens. Ce dernier ne connait pas Tanorède, ignore tout des souterrains, de l'enlèvement, des manigances du bourgeois.
    Echidna lui envoie les images des gardes qui patrouillent toujours dans les rues, inlassablement. Signe qu'ils n'ont pas trouvé leurs traces dans les méandres tortueux des passages secrets. Mais cette nouvelle est loin de rassurer Elland. Seule, dans son esprit, compte la nouvelle déception : ils sont loin de mettre la main sur Ménandre.
    « Rivemorte, Chap.98La mort en embuscade, Ngaio Marsh »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :